D’art et de coercition

Vivre-ensemble dans le quartier universitaire
C’est avoir à cœur la réputation de la communauté

Comme le mentionne une citoyenne « Rassembl’Art rejoint l’objectif d’améliorer notre quiétude avec une sensibilisation et une éducation au cœur de toutes les activités. » 

L’approche sera hybride, en partie avec des idées créatives et en partie avec la présence du service de police de Sherbrooke (SPS).

Parce que le bruit et le manque de savoir-vivre dérange. En faisant appel au sens créatif de la communauté, nous créerons un vivre-ensemble.

Si on semait une vie de quartier en cultivant des habitudes de bon voisinage ?

L’art

Pour le plaisir de se rassembler dans un projet-pilote commun créatif.

Contrairement au bruit, il est difficile d’avoir « trop »  d’art dans sa vie et cela peut permettre de coconstruire une sensibilisation originale !

La coercition

Du latin coertitio, contrainte, – pour les endroits problématiques où la sensibilisation ne suffit pas, il y aura des interventions du SPS.

Comment peut-on agir ensemble pour amener un sentiment
de fierté et d’appartenance ?

Nous mettons la table pour l’art d’être responsable et nourrir l’harmonie des citoyen.nes universitaire et résidentiel.

Remplir le sondage

La médiation participative est une approche hybride

Selon Paul Gingues, conseiller du district de l’Université, « c’est une excellente façon de déléguer les tâches plus autoritaires à la police et que Rassembl’Art se concentre sur l’aspect d’inclusivité et d’harmonisation entre la communauté étudiante et citoyenne. »

Le quartier universitaire est une communauté composée de travailleurs, de collègues, de pairs, d’aînés, de familles donc de citoyens résidents et de citoyens étudiants.

Si les gens font la fête, il faut penser que l’on peut déranger.

« On te voit, t’entend et t’écoute »

Découvrir Rassembl’Art – C’est quoi? Pourquoi ?

Bon voisinage I Quartier I Vivre-ensemble

Secteur ciblé : Desnoyers (ouest) à Béliveau (est) et de Galt (sud) au boul. Université (nord)

Rassembl’Art – un projet-pilote structurant et constructif

Se donner le pouvoir d’un bon voisinage en faisant appel au sens créatif de la communauté

Diminuer les tensions et concilier la cohabitation en créant des moments de rencontre

Nous créerons avec la créativité de la communauté ;

  • un environnement agréable
  • pour ouvrir le dialogue
  • et viser les conditions pour la quiétude

Soumettre une idée à mettre de l’avant dans le quartier pour diminuer les tensions et augmenter le pouvoir du bon voisinage !

Porter la parole des citoyen.nes

Pour chaque fois que l’on provoque une rencontre entre les gens, on améliore la compréhension.

Par le passé, il y a eu plusieurs démarches d’interventions. Par contre, il semble que la situation des dernières années se soit détériorée.

À la suite de nombreuses plaintes des gens du quartier, il y a lieu d’intensifier les interventions.

La ville de Sherbrooke, l’Université de Sherbrooke et le Service de police travailleront de concert pour ramener de la quiétude dans le quartier et donneront suite aux plaintes formulées des adresses qui récidivent.

Voici le numéro du SPS pour faire une plainte de nuisance par le bruit. Appelez au 821-5555

Une carte d’appel sera complété pour une prise de contact avec les gens qui souhaiteraient
parler de leur difficulté à jauger leur niveau de décibel, entre autres.

Infos utiles

Sensibilisation au bon voisinage

+ éducation au vivre-ensemble

Dans un esprit de bon voisinage et de vivre-ensemble – Soyons Rassembl’Art

On invite la population étudiante à penser à ses lendemains de veille et aux traces laissées. Nous avons à cœur la réputation de la communauté et la quiétude du quartier.

Volet sensibilisation

L’utilisation des arts et de la créativité mettent à contribution un  »medium neutre ». Mais certains endroits sont plus problématiques et auront besoin d’être rencontrés puisque les arts ne suffiront pas.

L’approche artistique est interactive.

Pour la suite, surveillez rassemblart.ca

Volet coercitif

Dans le quartier universitaire, nous sommes toutes et tous des voisins, citoyens résidents, citoyens étudiants.

Parfois, les gens oublient qu’ils sont dans un quartier avec des familles, des personnes aînées et une communauté étudiante.

Les gens tolèrent les party, il n’en reste qu’il y a des moyens de le faire et les débordements sont inacceptables. Pour les petits groupes qui en abusent cela demande des interventions particulières.

Les règlements municipaux assurent un environnement paisible mais d’autres moyens peuvent être utiles tout en rétablissant des canaux de communications.

Certains se disent idéaliste lucides et souhaite créer un effet d’entrainement et d’autres voient le positif dans chaque pas.

Voir infos utiles

J’habite Sherbrooke, je suis sherbrookois.e pour le vivre-ensemble.

J’habite le quartier, je prends mes responsabilités de respecter le bon voisinage.

État de situation

Historique du quartier

« Les mouvements de populations se font sentir, il y a des années de cohabitation qui se font mieux que d’autres. Il y a des tensions entre les citoyens de longue date et les étudiant.es avec un goût de vivre intense et animé.  » remarque Isabelle Côté, directrice de l’arrondissement des Nations.

Les étudiants oublient qu’ils sont dans un quartier avec des familles et des aînés.

Elle ajoute que « les citoyens s’adressent à la municipalité pour qu’on leur vienne en aide » face aux débordements récurrents.

Ultérieurement, il y a eu plusieurs initiatives dont l’Université de Sherbrooke avec les navettes et les raccompagnements, la ville de Sherbrooke avec la campagne Shhht! pour le bon voisinage ainsi que les patrouilles du SPS pour encadrer les plus grands fêtards.

Les citoyens sont encore dérangés et cela leur prend du courage et des outils puisque les cohortes se renouvellent à chaque année, ou même à chaque session.

Il est observé que…

La densité de population peut occasionner plus de frictions.

Les âges restreints représentés sont plus élevés dans des groupes opposés avec un écart de cinq décennies. Ce qui présente possiblement un défi de conciliation d’activités.

À quoi s’ajoute une très grande proportion de logements loués ce qui peut induire une rotation de population et créer des défis de sentiment d’appartenance au quartier. La sensibilisation est à refaire.

Un citoyen soulignait que « pour créer une culture de quartier, il est essentiel de pouvoir communiquer et partager ses limites avec son voisin de manière saines et respectueuse ».

Certains secteurs du quartier universitaire ont près de 79% de logements loués (la moyenne est de 38% au Québec) avec une densité d’environ 1 500 d’habitants par km2 alors que c’est 466 habitants par km2 pour la ville de Sherbrooke.

Source: Observatoire estrien du développement des communautés – Tableau de bord de l’OEDC, district Ste-Jeanne d’Arc et de l’Université

Rappel

Pour ceux qui en abusent… La cohabitation, c’est aussi le respect.

N’hésitez pas à demander un accompagnement ou à vos ami.es à vous aider à vous contenir !

Quelques exemples des années antérieures

La ville de Sherbrooke avec la campagne Shhh!

Les patrouilles du Service de police de Sherbrooke (SPS) pour assurer le respect de la réglementation municipale.

L’Université de Sherbrooke et les associations étudiantes pour les services de raccompagnement

Allô Retour – Pour vous impliquer ou pour un raccompagnement : 819 342-2245

En savoir plus

Si vous avez un bon coup pour le bon voisinage à témoignage, cela est bienvenu et viendra nourrir nos bonnes nouvelles à diffuser !

Plus de détails

Bon voisinage en ville

Certains articles de la réglementation municipale assurent une cohabitation sociale basée sur le respect de tous et de toutes. Consultez‑les.